Lignes directrices nationales concernant les troubles liés à la consommation de substances (alcool, benzodiazépine, cannabis et opioïdes) chez les personnes âgées

Blogue

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.

réseaux sociaux

La Coalition canadienne pour la santé mentale des personnes âgées (CCSMH) vient de publier une série de lignes directrices nationales concernant les troubles liés à la consommation de substances (alcool, benzodiazépine, cannabis et opioïdes) chez les personnes âgées. Pour l’instant ces lignes directrice ne sont disponibles qu’en anglais.

Source : CCSMH

Lignes directrices sur le trouble lié à l’utilisation de l’alcool chez les personnes âgées

Canadian_guidelines_alcoholL’alcool est la substance le plus souvent utilisée et celle faisant le plus souvent l’objet d’un mésusage chez les personnes âgées (Kuerbis et coll., 2014). Le trouble lié à l’utilisation de l’alcool (TUA) et la consommation risquée d’alcool sont fréquents chez les personnes âgées, chez qui le taux rapporté de surconsommation varie de 1 à 22 % (Woodruff et coll., 2009).

Les personnes âgées ont besoin et méritent d’avoir accès à un continuum de soins pour le trouble lié à l’utilisation de l’alcool qui tient compte de la gravité de leur problème, de leur situation de vie, de leurs problèmes concomitants de santé mentale et physique et des transitions sociales qu’elles subissent. La transition harmonieuse dans le processus de soins doit comprendre la prévention du TUA adaptée à l’âge, le dépistage, l’évaluation, le traitement et du soutien pour arriver jusqu’au rétablissement.

L’objectif des lignes directrices cliniques est de fournir une orientation utile aux cliniciens pour soit prévenir le développement d’un trouble lié à l’utilisation de l’alcool ou évaluer et traiter de façon optimale les personnes âgées ayant développé un trouble de ce type.

Pour en savoir plus, consultez le document sur le site de CCSMH (en anglais, 27 pages)

 

Source : CCSMH

Lignes directrices canadiennes sur le trouble lié à l’utilisation des agonistes des récepteurs des benzodiazépines chez les personnes âgées

Canadian_guidelines_benzoLes agonistes des récepteurs des benzodiazépines (BZRA) sont des médicaments sédatifs hypnotiques qui sont souvent utilisés pour traiter les troubles anxieux et paniques, les troubles du sommeil (insomnie), les crises épileptiques et le sevrage de l’alcool. Ces médicaments peuvent entraîner une dépendance et causer des effets secondaires tels que la fatigue, des problèmes d’équilibre et des chutes, des troubles de mémoire et des problèmes d’incontinence urinaire. Leur utilisation est associée à un risque accru d’accidents d’automobile.

Bien qu’il existe un consensus à l’effet que les BZRA doivent être évités chaque fois qu’il est possible de le faire chez les personnes âgées, ces médicaments demeurent fréquemment prescrits. Des données récentes pour le Canada indiquent que le taux d’utilisation des BZRA demeure élevé chez les personnes âgées, en particulier les femmes dont 18,7 % ont indiqué en avoir consommés au cours des douze derniers mois (Statistique Canada, 2016).

L’objectif des lignes directrices canadiennes sur le trouble lié à l’utilisation des BZRA chez les personnes âgées de la CCSMPA est de fournir aux cliniciens des conseils sur la prévention du développement du trouble lié à l’utilisation des BZRA ou sur l’évaluation et le traitement des personnes âgées qui ont développé ce trouble.

Pour en savoir plus, consultez le document sur le site de CCSMH (en anglais, 25 pages)

 

Source : CCSMH

Lignes directrices sur le trouble lié à l’utilisation du cannabis chez les personnes âgées

Canadian_guidelines_cannabisIl existe peu de données probantes au sujet des bienfaits et des effets nocifs potentiels de l’utilisation du cannabis, en particulier chez les personnes âgées qui sont souvent confrontées à des circonstances physiques et socioéconomiques uniques qui peuvent influencer leur réponse au cannabis. Les changements physiologiques qui affectent le sommeil, la mobilité, l’alimentation, l’activité physique et la qualité de vie globale, de même que les problèmes comme la polypharmacie et le déclin cognitif constituent tous des facteurs qui peuvent influencer les effets du cannabis et la réponse à la consommation de cette substance dans cette population.

Les personnes âgées présentent une prévalence d’utilisation au cours de leur vie et au cours de la dernière année plus élevée que celle de toutes les générations qui les ont précédées (Simoni-Wastila et Yang, 2006). L’exposition accrue à vie, jumelée à la légalisation récente de l’utilisation du cannabis à des fins non médicales au Canada et l’augmentation de l’intérêt du public qui s’en est suivie, a obligé les professionnels de la santé à prendre connaissance des plus récents travaux de recherche sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales ou non médicales.

L’objectif de nos lignes directrices cliniques est de fournir une orientation aux cliniciens pour prévenir le développement d’un trouble lié à l’utilisation du cannabis (TUC) et évaluer et traiter de façon optimale les personnes âgées ayant développé un trouble de ce type.

Pour en savoir plus, consultez le document sur le site de CCSMH (en anglais, 22 pages)

 

Source : CCSMH

Lignes directrices canadiennes sur le trouble lié à l’utilisation des opioïdes chez les personnes âgées

Canadian_guidelines_opioidesSelon l’Organisation mondiale de la Santé, le décès de personnes âgées de plus de 50 ans représentait 39 % des décès dus aux troubles liés à l’usage de drogues en 2015. Parmi ces décès survenus chez les personnes âgées (≥ 65 ans), environ 75 % étaient liés à l’utilisation d’opioïdes (Degenhardt et Hall, 2012; ONUDC, 2018).

Au Canada, 43,9 % des adultes âgés de plus de 55 ans ont utilisé un opioïde sous ordonnance, et ce, de façon quotidienne (ou quasi quotidienne) au cours des 12 derniers mois chez 1,1 % des personnes de ce groupe d’âge (Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, 2018).

Il y a augmentation du nombre de personnes âgées développant un trouble lié à l’utilisation des opioïdes (TUO). De plus, des personnes âgées souffrant d’un TUO depuis longtemps (y compris des gens qui consomment des opioïdes illicites) ont besoin d’un traitement pour leur dépendance et les problèmes de santé connexes.

L’objectif des présentes lignes directrices cliniques est de mettre en évidence les problèmes auxquels sont confrontées les personnes âgées souffrant ou présentant un risque de souffrir d’un TUO et de fournir des recommandations sur la prévention, le dépistage, l’évaluation et le traitement du TUO chez les personnes âgées de 65 ans ou plus.

Pour en savoir plus, consultez le document sur le site de CCSMH (en anglais, 22 pages)

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.